Comprendre le fonctionnement d’une chape liquide

Comprendre le fonctionnement d’une chape liquide

Que ce soit durant des travaux de construction ou de rénovation, la pose d’une chape fait partie des étapes indispensables. Durant de nombreuses années, cette opération a été réalisée d’une façon traditionnelle, ce qui donnait des résultats manquant de perfection. Mais des procédés industriels de fabrication de chape prête à l’emploi à l’aide de ciment ou d’anhydrite ont été mis en place et permettent de produire une sorte de chape fluide. Depuis, la confection des planchers est devenue nettement plus facile, plus économique et plus esthétique.

Qu’est-ce que la chape fluide ?

La chape fluide peut être définie comme étant un mortier non solide qui se nivelle sans aucune intervention extérieure. Elle est mise en place sur le sol et reçoit le revêtement que l’on désire installer, que ce soit avec ou sans système de chauffage par le sol. Cette solution est parfois directement conçue dans une usine. Elle est ensuite livrée prête à l’emploi dans les chantiers de construction grâce à un camion-toupie.

Beaucoup plus légère et facile de pose comparativement à la chape traditionnelle, la chape fluide présente également plusieurs autres avantages, dont notamment le côté économique. Quand bien même il est possible pour n’importe qui de pouvoir la poser, il est cependant beaucoup plus indiqué de confier cette opération à un professionnel spécialisé en chape liquide, afin de s’assurer le meilleur résultat.

Quels sont les différents types de chapes liquides ?

Il convient de souligner la présence de deux types de chapes fluides, chacune avec ses caractéristiques et ses spécificités.

  1. La chape en ciment : convient beaucoup plus aux travaux d’intérieur et s’impose comme une solution plus adaptée pour presque tous les types de planchers chauffants. Lisse et peu épaisse, cette chape fluide en ciment est idéale pour toutes les catégories de surface. Aussi, résiste-t-elle fortement à l’eau, ce qui en fait l’option indiquée pour les pièces humides comme les salles de bain.
  2. La chape en anhydrite : elle est encore plus fine que la chape en ciment. Ce qui fait qu’elle est moins adaptée pour la confection des planchers chauffants électriques. Cependant, on l’emploie beaucoup pour la réalisation de planchers chauffants hydrauliques.

Qu’elle soit en ciment ou en anhydrite, la chape fluide est plus appréciée par rapport à la chape traditionnelle. En effet, étant autonivellante, elle permet d’avoir une excellente horizontalité qui facilite la pose ultérieure de n’importe quel type de revêtement, qu’il s’agisse de carreaux, de parquet, de moquette… De plus, l’opération de pose est très facile, rapide et elle sèche bien plus vite.

Comment fonctionne-t-elle ?

Le fonctionnement d’une chape fluide est tout simple à comprendre. Grâce au ciment ou l’anhydrite, une sorte de mortier est produit au sein d’une usine de fabrication. Les propriétés de cette chape font qu’elle n’a pas besoin qu’un ouvrier la dresse. Il suffit donc de disposer d’un camion-toupie pour son transport et son déversement. Une fois posée, elle se déploie toute seule, et donne un aspect final fin ou lisse en fonction de la matière qui a servi à sa fabrication.

Une chape fluide peut servir comme support pour n’importe quel type de revêtement du sol, comme moyen de renforcement d’une isolation acoustique et thermique, pour la mise en place de planchers chauffants et dans le cadre des travaux de finition d’une dalle entre autres.

Laisser un commentaire